Menu Fermer

Les paupières

Avant l’intervention :

Comme pour toute intervention le bilan préopératoire est très important.
Le praticien réalise un examen des paupières mais aussi des régions voisines : front, sourcils, tempes, joues, pommettes. Un examen ophtalmologique est recommandé pour dépister une éventuelle pathologie oculaire.
Le chirurgien vérifie qu’il n’existe pas de contre-indication à l’intervention et informe le patient du déroulement de l’intervention ainsi que des risques éventuels.
Il réalise également un devis. Il doit s’écouler ensuite un délai légal de 15 jours de réflexion entre la signature duu devis et la réalisation de l’opération.

L’opération :

En fonction du type d’anesthésie choisi, il faudra consulter un anesthésiste au plus tard 48h avant la chirurgie.
Pour ce type d’intervention, trois types d’anesthésie sont possibles :

– L’anesthésie locale pure : Un produit analgésique est injecté localement afin d’assurer l’insensibilité des paupières.

– L’anesthésie locale avec sédation par des tranquillisants administrés par voie intraveineuse par le médecin anesthésiste.

– L’anesthésie générale classique, souvent plus confortable pour le chirurgien et le patient.

La blépharoplastie (chirurgie des paupieres) peut concerner les paupières supérieures, inférieures, ou les quatre paupières. Cete opération peut être réalisée de façon isolée ou dans le cadre d’une autre opération, généralement un lifting qui permet d’obtenir un rajeunissement plus global.
L’opération peut être réalisée en ambulatoire et le patient sort le soir même.

Les paupières supérieures :

Le chirurgien effectue un dessin au niveau des paupières supérieures, qui correspond à l’excédent de peau à retirer.
Le praticien retire ensuite l’excès de peau et éventuellement de muscle. S’il existe des poches graisseuses, elles seront également corrigées.
Il réalise ensuite les sutures de façon à placer la cicatrice dans un pli naturel de la paupière, à 1 cm environ au dessus des cils.
Ces sutures sont réalisées avec un fil très fin qui s’adapte à la peau particulièrement fine et fragile des paupières.

Les paupières inférieures :

Deux cas de figure peuvent se présenter :
Lorsque les poches graisseuses apparaissent chez un sujet jeune, sans relâchement de la peau, l’excès graisseux est supprimé par voie conjonctivale ( en passant par l’intérieur des paupières ), ce qui évite toute cicatrice visible.
Lorsqu’il existe un excès et un relâchement de la peau, une incision au ras des cils permet d’enlever les poches de graisse, de retirer très prudemment une très fine bande de peau et de redraper celle-ci sans aucune traction afin d’éviter une déformation de la paupière inférieure donnant une impression d’oeil rond.
Actuellement, la tendance des blépharoplasties est de retirer de façon modérée les poches graisseuses afin d »éviter que le regard se creuse dans les années qui suivent l’intervention.

Les suites :

– Un pansement est appliqué sur les yeux les premières heures.
– La blépharoplastie est peu douloureuse mais des antalgiques simples seront prescrits si le patient en ressent le besoin.
– Les premiers jours, les paupières sont gonflées, cet oedème s’estompe progressivement en quelques semaines.
– Le lendemain de l’intervention, les paupières présentent des ecchymoses qui vont disparaître en 10 à 15 jours. Il est conseillé d’appliquer des compresses glacées afin d’accélérer leur disparition.
– La sortie est possible le jour même ou le lendemain.
– Les fils sont enlevés le septième jour.
– Le maquillage est autorisé au bout d’une semaine, lorsque les fils ont été retirés.
– La reprise du travail peut avoir lieu rapidement, cependant, mieux vaut prévoir une semaine de congé.
– Le résultat définitif s’apprécie au bout de 6 mois.
– Les cicatrices deviennent rapidement invisibles.
– Des consultations de contrôle auront lieu à 1 mois, à 3 mois puis à un an.
Les cicatrices ne doivent pas être exposées au soleil pendant un an et devront être proégées par une crème écran total et des lunettes de soleil.

Les risques :

Les complications générales :

Ce sont les risques liés à l’anesthésie, les hématomes, les infections du site opératoire. Ils sont très rares au niveau des paupières.

Les complications spécifiques à la blépharoplastie :

– Une inflammation ou une infection de l’oeil qui nécesitera un traitement adapté.
– Des cicatrices hypertrophiques, qui sont très rares au niveau du site des paupières.
– Des troubles des glandes lacrymales : l’oeil est sec ou au contraire, il coule sans cesse.
– Une impossibilité à fermer totalement la paupière supérieure, fréquente les premières semaines suivant l’intervention.
– Une difficulté à ouvrir complètement la paupière supérieure ( très rare )
– Une sensibilité au vent, à la lumière, aux écrans.
– Une asymétrie ou un résultat insuffisant qui peut nécessiter une retouche chirurgicale.
– Un ectropion ( la paupière inférieure se rétracte, laissant apparaître le bord rouge de la conjonctive ). Il donne une impression d’oeil rond, et disparaît généralement à l’aide de massages de la paupière inférieure. Dans certains cas, il peut donner lieu à une nouvelle intervention.
– Des kystes au niveau des cicatrices, qui seront facilement ôtées chirurgicalement.
– Un chémosis : c’est un oedème de la membrane transparente qui recouvre le blanc de l’oeil. Celui-ci est boursoufflé en post opératoire. Il se résorbe avec l’application d’un collyre
– Une lésion de la cornée. Elle est occasionnée par un instrument qui blesse acidentellement la cornée pendant l’intervention.
– La perte de vision d’un oeil, complication tout à fait exceptionnelle.

Les résultats :

Les patients sont en général très satisfaits d’une blépharoplastie car celle-ci supprime l’aspect vieilli et fatigué du regard en supprimant excès de peau et poches. Les résultats sont évaluables au bout d’un à 2 mois, lorsque la paupière opérée retrouve un aspect normal, l’aspect final est évaluable à 6 mois.
Les résultats sont en général parmi les plus durables de la chirurgie esthétique. Les poches sous les yeux ne reviennent pas et leur retrait est donc définitif. En revanche, la peau des paupières continue à vieillir, et il est possible de réintervenir pour flétrissement, mais généralement pas avant la quinzième année suivant la première opération .