Menu Fermer

La lipolyse laser

Présentée comme une alternative à la lipo-aspiration, sans les douleurs, les oedèmes et l’anesthésie générale, la lypolyse laser a pour vocation de remodeler n’importe quelle partie du corps ou du visage ( le double menton, par exemple ) en détruisant les amas graisseux localisés.
Il ne s’agit pas ici d’arracher les cellules graisseuses puis de les aspirer, mais de liquéfier les graisses qui se transformeront en émulsion huileuse et seront ensuite « digérées » par l’organisme de façon naturelle grâce aux macrophages ( des globules blancs ) qui « feront le ménage » en éliminant les débris de cellules et la graisse ainsi transformée.
Pour liquéfier les graisses, le médecin utilise une longue tige d’une trentaine de centimètres environ, très fine, au bout de laquelle se trouve une fibre laser ( une minuscule lumière rouge ). C’est cette lumière qui va chauffer les graisses à 50 degrés et les transformer en huile.
Contrairement à une lipoaspiration, les résultats ne sont pas visibles immédiatement, car il faut deux à trois mois environ pour observer un effet sur le volume et six mois pour une bonne rétraction cutanée.
Cette méthode s’adresse en priorité à des femmes minces ayant simplement quelques rondeurs localisées ( et modérées ). Pour les zones plus importantes, elles ne saurait remplacer la lipoaspiration qui peut, en une seule séance, enlever plusieurs litres de graisse. De plus, il se peut qu’une seule séance de lipolyse laser ne soit pas suffisante et qu’une seconde s’avère utile, 6 mois plus tard.

L’opération :

Le patient est d’abord déshabillé et enfile un bonnet et une blouse stérile, comme pour une opération à l’hospital.
Le praticien trace au feutre des repères sur les zones qu’il va traiter, puis le patient se dirige vers la salle stérile où le traitement va avoir lieu.
Tout d’abord, on nettoie la zone et on pose un champ stérile autour.
Ensuite, le praticien anesthésie les zones avec une piqûre qui lui permet de faire une micro incision par laquelle la fibre optique du laser passera. Il se sert également de cette micro incision pour injecter dans la zone un mélange d’eau ( environ 500 millilitres ) et d’anesthésiant.
Il injecte l’anesthésiant lentement en s’y prenant à plusieurs reprises et masse bien les zones pour qu’elles soient endormies. De cette opération bien réalisée dépend l’absence de douleur. Il faut compter une heure environ pour que l’anesthésie soit bien réalisée.
On passe ensuite au traitement proprement dit.
Par les micro-incisions de 3 millimètres, le chirurgien enfonce la tige au bout de laquelle se trouve la fibre optique, puis il « balaie » les surcharges graisseuses de nombreuses fois en passant et repassant sans cesse au même endroit. La tige étant longue et fine, elle permet d’aller chercher loin les cellules graisseuses à faire fondre.
L’opération n’est pas douloureuse, à condition que l’anesthésie ait été bien réalisée. On perçoit à travers la peau la lumière rouge du laser qui passe sans mal à travers la graisse sans que le praticien ait à faire un effort pour la traverser. ( Rien à voir avec une lipoaspiration qui demande un effort physique pour « traverser » les graisses. )
Il faut compter environ 45 minutes à 1 heure par zone.
Quand l’opération au laser est terminée, le praticien appuie sur la zone pour faire sortir le maximum de cellules graisseuses et d’eau par les incisions , puis il désinfecte et pose de petits pansements qui seront recouvert d’une compresse de gaze à porter quelques jours afin que l’endroit reste stérile.

Les suites :

On sort du cabinet 3 heures plus tard, avec des gonflements très importants au niveau des endroits traités, mais sans aucune douleur, tout au plus un peu de fatigue, et on peut rentrer chez soi sans problème.
Un traitement antibiotique sera prescrit à la patiente, à prendre une semaine, par prudence.
Les gonflements vont s’atténuer en quelques jours et on peut enlever les pansements une semaine plus tard.
Les résultats au niveau du volume ne seront visibles qu’à partir de deux mois, temps nécessaire au corps pour « digérer » les graisses liquéfiées.

Les risques :

La lipolyse laser est considérée comme non invasive mais elle peut cependant comporter certains risques. Une infection est toujours possible, comme après toute opération, si minime soit-elle, c’est pourquoi un traitement antibiotique est prescrit, à prendre sur la durée d’une semaine après l’opération.
Il y a aussi un risque d’hématomes, ou de brûlures graves si le laser est mal utilisé, notamment sur des zones ou la graisse est peu épaisse.
Enfin, il y a également le risque, non négligeable, que la lipolyse n’ait aucun effet sur vous. Certaines n’ont en effet constaté aucune amélioration ni aucun affinement de la silhouette, que ce soit après 2 mois, comme après 6 mois …
La méthode a donc ses limites et ne fonctionne pas sur tout le monde , il convient donc de savoir qu’on peut payer cher pour un résultat… qui peut être nul.